• L'abbé Jean-Baptiste CHEVALT ( 1818-1876 )

     

    Au XIXe siècle, deux prêtres relevèrent Rocamadour :

    l’abbé Pierre Bonhomme de Gramat qui remit au goût du jour le lieu et le pèlerinage

    et l’abbé Jean-Baptiste Chevalt qui dirigea les travaux de restauration du sanctuaire, dans la lignée de Viollet-le-Duc.

    A force de ténacité, de pugnacité même, ils levèrent les fonds nécessaires et l’enthousiasme des foules.

    Dans les années 1870, la restauration est presque achevée.

    Un chemin de Croix à la toute fin du XIXe siècle. Voilà la cité telle qu’elle apparaît aujourd’hui !

     

     

    De 1858 à 1872, l'abbé Jean-Baptiste Cheval quitte Cazes-Mondenard dont il était curé

    et le diocèse de Montauban sous Mgr Doney, lequel lui accorde son exeat

    à la demande de Mgr Bardou, évêque de Cahors, à la recherche d'un architecte

    pour le titanesque chantier des restaurations des Sanctuaires de l'église de Notre-Dame de Rocamadour et de ses chapelles.

    C'est à lui que l'on doit la renaissance de Rocamadour

      

    Si l'on s'intéresse beaucoup - et à juste titre - à l'histoire et à l'architecture de Rocamadour au moyen-âge, il ne faut pas oublier que le sanctuaire a vécu une période de renaissance très riche au XIX ème siècle avec un personnage tout à fait extraordinaire : l'abbé Jean-Baptiste CHEVALT ( son véritable nom était CHEVAL mais l'habitude s'est prise de l'écrire avec un t). Certes son travail peut être critiqué car ce prêtre architecte était de son époque et s'apparentait à l'école de VIOLLET-LE-DUC. Cependant grâce à lui la cité religieuse religieuse a été sauvée et elle a pris l'aspect sous lequel on la connait aujourd'hui. Ainsi elle peut continuer à attirer tant de touristes et de pèlerins . On lui a reproché parfois, et assez tôt,  son interventionnisme marqué. Ernest RUPIN dans son Roc-Amadour édité en 1904 ( page 7) écrit : "De nombreuses constructions ont été faites à Roc- Amadour depuis quelques années . Les vieilles dalles qui recouvraient les églises et qui s'harmonisaient si bien avec la nature du rocher ont été remplacées par des couvertures  en ardoise et en zinc canelé; la pierre blanche et éclatante de Périlleux a été préférée, pour les restaurations, à la pierre du pays de couleur beaucoup plus sobre. Des sentiers, consolidés par des murs des des balustres également en pierre blanche, sillonnent la montagne et détonnent d'une façon désagréable..." Un archéologue Jules de VERNEILH écrivait en 1865 : " M. CAILLAU, auteur d'une histoire de Roc-Amadour, gémissait en 1834, sur l'état d'abandon et de ruine où se trouvait alors le lieu vénérable dont il décrivait avec amour les splendeurs passées, et il appelait de tous ses voeux une restauration. Ces voeux on été exaucés, peut-être un peu plus qu'il ne l'eût désiré lui-même, et que ne le veulent en tout cas les ennemis instinctifs des restaurations à outrance : ainsi l'église principale, composée de deux nefs séparées par une rangée de colonnes, a été entièrement peinte et forée de la voûte au pavé; sa crypte qui servait jadis de paroisse, a eu le même sort; la chapelle de la Vierge a été rebâtie et surmontée d'un campanile, couronné par une statue colossale de la Sainte-Vierge en style essentiellement moderne. En outre de ces travaux, déjà considérables, des portes ont été refaites, des perrons, des balustrades de pierre, des autel; bref avant peu, le nouveau l'emportera sur l'ancien, et les vieilles murailles disparaitront sous l'envahissante couche d'azur et de vermillon.

    Je ne dis pas que ces restaurations aient été mal faites : à Dieu ne plaise ! Le savant prêtre qui les dirige y déploie, avec beaucoup de zèle, un véritable talent d'architecte et de décorateur,; mais je crains que son oeuvre ne finisse par absorber l'oeuvre de ses prédécesseur...' ( Roc-Amadour pages 7 et 8)

     

     

     

     

     

    http://recteurrocamadour.eklablog.com/etat-des-lieux-avant-les-restaurations-a128487184

     

    Au début du XIX ème siècle la cité religieuse de Rocamadour était dans un bien triste état. Des arbres poussaient dans le grand escalier, la plupart des commerçants étaient partis. Trois sanctuaires étaient en service (églises Saint-Sauveur et Saint-Amadour, chapelle Notre-Dame), deux sont en mauvais état (Saint-Michel et Saint-Blaise), les deux autres sont ruinés (Sainte Anne et Saint-Jean-Baptiste). La toiture de l'église Saint-Sauveur était à refaire, le mur extérieur de la face du midi accusait un surplomb de trente centimètres sous la poussée des voûtes surchargées de gravats. En 1831, Jacques-Antoine Delpon écrivait : « Tout annonce que cet oratoire célèbre ne subsistera pas longtemps »

     

    Donc Il y avait beaucoup de bâtiments ruinés et ce qui était encore debout n'allait pas tarder à s'effondrer.

     

    Avec le mouvement romantique le gothique et le moyen- âge redeviennent à la mode. Bientôt on aura le style « troubadour », Victor Hugo écrit Notre Dame de Paris... Peu à peu une volonté politique naquit en France pour la conservation des monuments historiques avec notamment Napoléon III , Mérimée et biensûr l’architecte Viollet-le-Duc. Au niveau religieux le romantisme redonne ses lettres de noblesse à l'idée de pèlerinage, pratique si décriée au XVIIème et surtout au XVIIIème siècle. 

     

    Dés la première moitié du XIX ème siècle on avait pris une certaine conscience des urgences architecturales pour des monuments négligés depuis longtemps et que risquaient de disparaitre dans de brefs délais, même si les mesures concrètes n’étaient pas encore au rendez-vous. Le 13 avril 1830, M. Baumes, préfet du Lot, avait écrit une lettre pour demander une aide urgente au ministre de l'Intérieur. Il y joignit un devis, qui s'élevait à 8 500 francs , établi en 1822 par l’ abbé Caillau. Cette lettre resta sans réponse. Une liste des monuments fut dressée pour le Lot, la chapelle de Rocamadour y apparut prioritaire, mais aucun financement ne fut accordé par l'État ou par la municipalité de Rocamadour.

     

    La société redécouvre en même temps le moyen-âge et le pèlerinage. C'est cela qui explique qu'un ecclésiastique distingué, issu de la haute bourgeoisie parisienne se donne pour mission de relancer le pèlerinage de Rocamadour. Armand Benjamin CAILLAU est venu en

    simple pèlerin demander la grâce de sa guérison en 1829. Il est prêtre de la Société des Missions de France et il veut installer une neuvaine de prédications à Rocamadour, ce qui sera chose faite en septembre 1835. Devant le succès de cette initiative il va la reproduire d'année en année. Dés le début il est aidé dans cette tâche par Pierre bonhomme. Voulant implanter à Rocamadour les Prêtres de la Miséricorde, il acheta le 11 septembre 1836 les remparts du sommet de la falaise pour construire une résidence en 1840 c'est ce que l'on appelle "le château" . En 1843, Mgr BARDOU  (1842- 1863) récupéra l'édifice pour y loger  des missionnaires diocésains. C'est cet évêque qui va lancer la restauration des sanctuaires et qui pour cela va appeler l'abbé CHEVALT.

     

     

    La restauration de la cité religieuse se fera donc à l'initiative des évêques de Cahors. Et ce sera un véritable sauvetage qui va être entrepris . Pour bien comprendre l'esprit de cette restauration il faut se souvenir qu'on vivait alors dans l'Eglise de France et dans la société une sorte d'enthousiasme post-romantique, plus poétique qu'historique et scientifique . Les évêques encourageaient alors des recherches hagiographiques qui faisaient la part belle à des légendes sans fondement et ceci malgré des historiens sérieux comme Grégoire de Tours ou les Bollandistes. "C'est donc à l'initiative de Mgr Bardou que fut introduite au propre diocésain du bréviaire la légende la plus romanesque et la plus invraisemblable concernant saint Amadour : elle l'identifiait à Zachée le Publicain de l'Evangile, en faisait l'époux de sainte Véronique, tous deux disciples de saint Martial et évangélisateurs de l'Aquitaine au 1er siècle. Aucun évêque avant lui n'avait osé actionner ce que l'abbé CAILLAU, dés 1834, qualifiait de "narration fabuleuses qu'une sainte et religieuse critique ne saurait admettre." ( Rocamadour et son pèlerinage, Jean ROCACHER, p.40 )

     

     

    Monseigneur Bardou, évêque de Cahors organisera une grande loterie pour financer la restauration des sanctuaires de Rocamadour. Il avait réuni 84 624,63 francs, soit seulement le quart de la somme qu'avait estimé M. Lainé, architecte agréé par le diocèse.

     

    L'abbé Chevalt fut appelé et reçut la délégation totale de l'évêque pour la direction du chantier de 1858 à 1872:

     

     • il géra les aspects techniques : réalisation des plans, embauche des ouvriers et supervision des travaux ;

     • il s'acquitta des tâches administratives : approvisionnement en machines et matériaux, gestion de la trésorerie, achat des terrains, négociation et représentation de l'évêque en justice ;

     • il rendit compte à l'évêque pratiquement tous les mois de l'avancée des travaux et des dépenses engagées.

     

    Il s'investit pleinement dans sa tâche, malgré des problèmes de santé. Il fit même des avances avec ses avoirs personnels lorsque l'argent venait à manquer pour le chantier. Il fut très affecté par l'hostilité de la population de Rocamadour et particulièrement par le procès perdu par l'administration du pèlerinage à la suite de l'éboulementdu 3 février 1865 . 

     

    Il fit aussi une chute importante d'un échafaudage en août 1872

     

     

    Dès 1868, il put aussi diriger d'autres chantiers.

     

     


  • Commentaires

    1
    Prof Dordogne
    Dimanche 28 Janvier à 10:12
    N'est-ce pas plutôt l'abbé Cheval dit Chevalt avec un T?
    (Oui c'est écrit dans le cadre)
    Et zelus domus tuae au lieu de xelus etc.?
      • Zizie
        Dimanche 28 Janvier à 11:58
        j allés le dire.hiiiihiii
      • Soeur Josette
        Dimanche 28 Janvier à 12:09
        Le Père vient de rectifier tout de suite. Nous admirons son zèle justement pour cette magnifique maison de Dieu qu'est ce formidable site informatique qu'il anime avec tellement de coeur, aux mille couleurs de la vie tout simplement !!!
        Unie a tous et toutes dans la prière de ma communauté.
      • Douceur Coco
        Lundi 12 Février à 12:42
        On aimerait bien en savoir plus justement sur votre communauté et sur vous Soeur Josette.. vous êtes trop discrète.......
      • Juste
        Mercredi 21 Février à 18:16
        Elle doit être une sœur de Gramat
      • Intelo
        Vendredi 23 Février à 19:11
        Non je ne crois pas
    2
    Capucine
    Dimanche 28 Janvier à 17:02
    Une erreur d écriture n est pas grave !hihihi
      • Soeur Josette
        Dimanche 28 Janvier à 18:47
        "Errare humanicum est... persevere diabolicum" comme diraient les merveilleux jeunes pères de l'ordre du Christ -prêtre!!
        Ou à peu de chose près, mon Dieu, car mon latin est loin, je vieillis....
        Enfin la relève est là car l'Eglise, la grande famille de Jésus, est toujours jeune sous la mouvance de l'Esprit!
      • Prof Dordogne
        Samedi 3 Février à 17:25
        Je me permets de vous corriger, chère sœur Josette : "Errare humanum est, perseverare diabolicum".
      • Sœur Josette
        Dimanche 4 Février à 15:04
        Merci, frère bien aimé en Jésus le Christ : je le vis comme la correction fraternelle recommandée par le Nouveau testament et par Jésus lui-même déjà!!!
      • Givore Boubou
        Samedi 10 Février à 15:08
        Sœur Josette vous êtes une sainte!
      • Soeur Josette
        Dimanche 11 Février à 15:30
        Mais absolument pas, cher.e Givore! seulement comme vous un.e enfant bien-aimé de Dieu sur qui le Christ Jésus a posé un regard qui fait grandir, en Église, au même pas que ses frères et sœurs, dans et par la vie ecclésiale !
        En communion
    3
    Abbé X
    Dimanche 28 Janvier à 19:48
    Étonnant il ne porte pas le rabat gallican ou français...???
    Pour l'époque c'est impensable de la part d'un prêtre diocésain!!!!!!
    un franc-tireur assurément.....un artiste !!!!!
      • Pacyflaure
        Dimanche 28 Janvier à 20:47
        qu'il porte qu'il porte pas ce truc- bof c'est pas important .
        l'important c'est de s'aimé de l evangile et voila.sans prise de tete
      • Triomphe de Marie
        Jeudi 1er Février à 14:01
        Exactement
      • Fruit du verger
        Vendredi 2 Février à 21:16
        Chevalt. ... A dada...hihhiii
      • Gymnasiarque
        Samedi 3 Février à 20:44
        Je l'aurais parié...
        Il a fallu attendre quand même...
      • Zizie
        Dimanche 4 Février à 14:26
        hiihiii trop drole bravo ma fruite.kisss
      • Fruit du verger
        Lundi 5 Février à 15:49
        he gymnasiatre t est entrain de viré bouru12 ont dirais.hihhhii?
      • BOURRU 12
        Mardi 6 Février à 09:44
        Hé les nazes, me mêlez pas à vos histoires, ok?
      • Isabelle
        Mardi 6 Février à 15:28
      • Fruit du verger
        Mercredi 7 Février à 17:56
        rrrrrrooooo et bé tes pas cool toi.hihhhhiî
      • BOURRU 12
        Jeudi 8 Février à 11:29
        Hé ho doucement là, compris?
      • Isabelle
        Vendredi 9 Février à 11:07
        ❤❤
      • Pirate
        Vendredi 9 Février à 20:34
        Oui ce blog n'est vraiment pas comme les autres
      • BOURRU 12
        Samedi 10 Février à 10:34
        Tu sous-entends quoi là ?
      • Isabelle
        Dimanche 11 Février à 14:57
        ❤❤❤
      • Gymnasiarque
        Lundi 12 Février à 12:37
        On est sur une autre planète là ...
      • Triomphe de Marie
        Jeudi 15 Février à 19:01
        C'est clair
      • Fruit du verger
        Mercredi 28 Février à 14:53
        la planet Love.hhhhiii.kiss
    4
    Feutrine
    Lundi 29 Janvier à 21:20
    Il a une bonne tête vous trouvez pas?
      • Lyon
        Vendredi 2 Février à 10:01
        Pour un curé c'est la moindre des choses d'être un peu avenant!!!
      • Isabelle
        Vendredi 2 Février à 18:32
        Ici c'est vrai qu'on est toujours de longue date acouttumés à voir de jeunes prêtres particulièrement sympathiques : le père Ronann, Le Père Michel, le père évêque, le père Jean-Baptiste et tous ces ecclésiastiques rayonnant qu'on voit passer et qui rendent vraiment la religion de telle façon qu'on a envie de venir
        Mais c'est pas le cas partout
      • Lunch
        Samedi 24 Février à 10:22
        Prions pour nos prêtres au lieu de critiqué toujours ou de regardé à la loupe.quand on les aura plus on pleurera
      • Pichet
        Lundi 26 Février à 09:38
        Ne parlez pas de malheur pitié
    5
    Isabelle
    Vendredi 2 Février à 18:51
    Ici c'est vrai qu'on est toujours de longue date acouttumés à voir de jeunes prêtres particulièrement sympathiques : le père Ronann, Le Père Michel, le père évêque, le père Jean-Baptiste sans compter tous ces ecclésiastiques rayonnant qu'on voit passer et qui rendent vraiment la religion de telle façon qu'on a envie de venir
    Mais c'est pas le cas partout
      • Coin Coin
        Samedi 3 Février à 20:52
        La technique balbutie on dirait....
      • Saturnin
        Mercredi 7 Février à 18:02
        coin coin.
        Ahahah
      • Madame AMOUGOU Jenny
        Jeudi 8 Février à 16:07
        ha tu nous fait rire.saturnin..ces trop bien.
      • Saturnin
        Vendredi 9 Février à 11:08
        Coin coin ^^
      • Madame AMOUGOU Jenny
        Samedi 10 Février à 10:36
        ha arette:j en peu plus. Ho ho ho pitiée
      • Saturnin
        Dimanche 11 Février à 20:51
        Coin coin coin coin
      • Madame AMOUGOU Jenny
        Mardi 13 Février à 20:44
        ces bon de rire .la vie ces trop dure. ...
      • Yes
        Jeudi 15 Février à 11:06
        T as raison, ma belle. oui
      • Madame AMOUGOU Jenny
        Samedi 17 Février à 13:14
        tu ma deja vu??
      • Yes
        Dimanche 18 Février à 16:13
        Non
      • Madame AMOUGOU Jenny
        Samedi 24 Février à 10:28
        comment tu sait alors....
    6
    Trilby
    Samedi 10 Février à 21:06
    Un succès inattendu pour cet article sur l'abbé Chevalt qui était un illustre inconnu pour moi
      • Zizie
        Dimanche 11 Février à 14:57
        y l été trop top
      • Fruit du verger
        Jeudi 15 Février à 22:28
        tu la connus? tes pas toute jeune mais quant meme......hiiihii
      • Zizie
        Vendredi 16 Février à 17:57
        ohhhhh hihiihii
      • Patricia
        Samedi 17 Février à 22:04
        Que d'humour toujours sur ce site on apprécie c'est formidable
      • Gymnasiarque
        Mercredi 21 Février à 18:15
        Bon des fois c'est un peu limite quand même
      • Oui
        Lundi 26 Février à 09:38
        Il a sa notice Wikipédia quand même
        C'est donc quelqu'un de connu plus loin que de chez nous
      • Ingrid
        Mardi 27 Février à 19:29
        Le P eveque Camiade a déjà la sienne
    7
    Surbooking
    Dimanche 18 Février à 20:50
    Attention Père Michel quand vous gambadez sur les échafaudage ou dans l'escalier vertigineux comme le Père Cheval prenez garde de ne pas tomber comme lui .
    .. prudence
      • Ruche de miel
        Lundi 19 Février à 15:28
        Et oui ....et aussi les murs du château !!!attention à ne pas prendre des tuiles sur la tête parce qu'on dit que l'état, c'est pas extra....
      • Bourg
        Vendredi 23 Février à 19:10
        Sans parler des rochers qui tombent
        Que fait la mairie?
      • Tonight
        Samedi 24 Février à 10:21
        C'est justement bien là le problème
      • Jogging
        Mardi 27 Février à 21:17
        Tant que les caméras du Plus beau village de France ou des Racines et des Ailes sont braquées on fait illusion mais puis apres, plus personne.

        Rien que pour le show.

        Lamentable........
    8
    Fidji
    Mercredi 28 Février à 14:51
    Des mots très durs mais qui hélas sont vrais je peux attester
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :